Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
artspresse

L'art sous toutes ses formes pour les professionnels, les collectionneurs, les amateurs et la curieux

Vita Nuova, Nouveaux enjeux de l'art en Italie (1960 - 1975)

Publié le 16 Mai 2022 par Philippe

Vita Nuova, Nouveaux enjeux de l'art en Italie (1960 - 1975)

Exposition au MAMAC de Nice jusqu'au 2 octobre 2022, place Yves Klein, 06000 Nice, ouverte tous les jours sauf le lundi (11h - 18h), tél. : 04.97.13.42.01, ticket : 10€

 

L'art contemporain italien intéresse beaucoup de monde mais les expositions spécialement dédiées à cet art restent assez rares en France excepté celle organisée en 1981 au Centre Pompidou à Paris et intitulée "Identité italienne, l'art en Italie depuis 1959". Le MAMAC de Nice répare cet oubli et propose en reprenant le titre d'un livre de Dante la "Vita Nuova" un panorama de la création contemporaine italienne de 1960 jusqu'en 1975 date à laquelle le cinéaste Pasolini est tué à Osti. Durant cette période connue sous le nom de miracle économique italien le pays se transforme en profondeur grâce aux investissements américains de l'aide Marshall. L'Italie s'industrialise rapidement avec le développement de la sidérurgie et l'exploitation des matières premières (pétrole, gaz). Une nouvelle classe moyenne apparaît désireuse de consommer et achète des téléviseurs, des voitures ou de l'équipement électroménager. Les artistes vont puiser leur inspiration dans ces changements et déconstruire ce modèle de société comme le montre les trois thèmes abordés par l'exposition. "Vita Nuova, Nouveaux enjeux de l'art en Italie (1960 - 1975)"  propose d'abord une approche historique à travers le thème "une société de l'image". Le cinéma italien popularise la comédie à l'italienne ou les réalisateurs critiquent les travers de la classe moyenne en montrant des gens prétentieux voir ridicules. Ce mouvement annonce les films plus politiques des années 1970 dans lequels le message sera plus radical. A la fin des années 1960 la péninsule connaît également des grèves violentes (1968, 1969), des attentats (Piazza Fontana, 1969, ...), une tentative de coup d'Etat (Borghèse, 1970) qui annoncent une décennie sanglante celle des années de plomb. Les artistes italiens comme leurs confères des pays industrialisés s'emparent des sujets de société (consommation, sexe, travail, ...) et traduisent dans leurs oeuvres une volonté de s'affranchir des codes de leurs aînés. Le deuxième thème de l'exposition "reconstruire la nature" emprunté à Pino Pascali souligne l'importance de la performance artistique afin de permettre aux artistes et au public d'exprimer verbalement leurs désirs. Il s'agit d'une voie médiane entre la violence développée par les extrêmes et l'acédémisme enseigné dans les universités. L'exposition se conclu avec une approche sur la thématique liée au corps et aux gestes que l'artiste peut effectuer avec lui. Le corps fait passer un nombre important de messages et ne nécessite pas l'usage de la parole. 

 

Renato Mambor "Zebre et Colloseo" (1965)

Renato Mambor "Zebre et Colloseo" (1965)

Commenter cet article